Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport provisoire

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 30 mars 2006 (modifié le 12 août 2008)

Le 4 juin 2005, vers 17h48, un poids lourd (PL) chargé de pneumatiques, a pris feu dans le tunnel du Fréjus entre la France et l’Italie ; l’incendie s’est communiqué à trois autres poids lourds, faisant deux victimes décédées et provoquant d’importants dégâts matériels qui ont obligé à fermer le tunnel pour une période de deux mois.

Le Ministre des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la Mer a engagé la réalisation d’une enquête technique, confiée au Bureau d’Enquêtes sur les Accidents de Transports Terrestres (BEA-TT) par décision du 6 juin 2005.

Le présent rapport est basé sur les investigations des enquêteurs techniques qui ont pu examiner le tunnel avec les véhicules incendiés, et s’entretenir à plusieurs reprises avec les principaux acteurs qui étaient intervenus lors de cet événement (sociétés concessionnaires et officiers du SDIS) ; comme le prévoit la loi, les enquêteurs ont également pu accéder aux éléments de l’enquête judiciaire française. Une mission a été confiée au Centre d’érudes des tunnels afin d’analyser le comportement des équipements du tunnel pendant l’incendie et de reconstituer les conditions de ventilation et le mouvement des fumées à l’aide d’un modèle numérique ; cette analyse n’étant pas totalement achevée, le rapport définitif sera publié ultérieurement.

La cause directe de l’événement est l’incendie spontané d’un poids lourd au cours de sa traversée du tunnel, associé à une nature de chargement (pneumatiques) particulièrement inflammable, exothermique, et génératrice de fumées toxiques.
Le développement rapide de l’incendie et des fumées est lié à trois facteurs :

- le conducteur du PL n’a pas arrêté rapidement son véhicule après le début du feu à bord pour donner l’alerte ;
- les agents de régulation du poste de contrôle centralisé ont rencontré des difficultés pour identifier clairement la nature et la localisation du sinistre, ce qui a allongé le délai de mise en route du désenfumage ;
- l’efficacité de l’extraction des fumées est restée limitée, du fait notamment de l’imprécision de localisation du PL en feu.

Malgré l’engagement rapide des équipes de secours des concessionnaires, l’évacuation et la mise à l’abri des usagers bloqués derrière l’incendie n’ont pu être réalisées dans les conditions normalement prévues ; cinq facteurs ont ici été mis en évidence :

- compte tenu du délai d’acheminement en tunnel, les services de secours des concessionnaires n’ont pas pu parvenir auprès des usagers bloqués sous le vent de l’incendie à temps pour les assister en temps utile ;
- l’intervention des secours des concessionnaires, notamment lors des tentatives de sauvetage des deux victimes, a été très fortement handicapée par les conditions ambiantes extrêmes rencontrées (opacité et toxicité des fumées, chaleur), associées à la perte des communications radio et à l’inadaptation de certains matériels (caméras thermiques) ;
- les équipements d’exploitation et de sécurité du tunnel ont rapidement subi, du fait de l’incendie, des pertes de fonction qui ont dégradé les conditions d’atteinte des abris et d’intervention des secours (câble radio, éclairage et étanchéité de l’abri 6) ; par ailleurs certains équipements de sécurité n’étaient pas encore portés au niveau souhaitable (interdistance des issues de secours) ;
- la connaissance par les usagers des risques et des comportements à adopter dans un tunnel tel que le Fréjus, notamment en cas d’urgence ou d’incendie, reste insuffisante même parmi les professionnels (cas des deux victimes qui n’ont pas perçu le danger à temps) ;
- l’alerte des usagers roulant dans le tunnel vers le point d’incendie n’a pu leur être donnée à temps pour les arrêter avant la zone dangereuse et pouvoir leur donner les consignes utiles.

Dix-sept recommandations sont formulées, à l’issue de l’enquête technique, dans cinq domaines identifiés pour des actions préventives.

- incendies spontanés de PL notamment en tunnel : les recommandations R1 et R2 portent sur l’engagement d’une démarche de retour d’expérience et l’étude de mesures de réglementation de certaines marchandises transportées.
- caractéristiques et équipements du tunnel : les recommandations R3 à R10 visent à renforcer ou compléter les dispositifs de sécurité, et à améliorer leur comportement en cas d’incendie ; en particulier la recommandation R7 sur les interdistances entre les issues de secours implique une décision rapide concernant la réalisation d’une galerie de secours ou d’un second tube de circulation.
- intervention des secours : les recommandations R11 à R13 préconisent la réduction des délais d’intervention, la recherche d’une solution adaptée pour les caméras thermiques et l’examen des possibilités d’homogénéiser, des deux côtés du tunnel, les moyens d’intervention des secours publics.
- connaissance par les usagers des risques et consignes applicables en tunnel : les recommandations R14 à R16 portent sur le suivi de l’efficacité des actions d’information et de communication, la bonne diffusion des consignes d’urgence en temps réel, et la formation des conducteurs professionnels.
- aspects organisationnels  : la recommandation R17 porte sur la mise en place d’un organisme commun d’exploitation.


Télécharger :

  • Rapport provisoire Fréjus (format pdf - 8.3 Mo - 30/03/2006)Temps de téléchargement estimé : 2 min 15 s (512 K), 1 min 7 s (1024 K), 33 s (2 M), 13 s (5 M).