Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 2 janvier 2012

Le 16 décembre 2010, vers une heure du matin, sur l’autoroute A8, un ensemble routier circulant en direction de l’Italie percute un ensemble semi-remorque transportant du gaz de pétrole liquéfié (GPL), au niveau du viaduc de la Nuec situé sur la commune de La Trinité dans les Alpes-Maritimes (06). Suite au choc, le GPL s’échappe de la citerne et s’enflamme, entraînant un incendie de forte intensité.
Le conducteur du poids lourds percuteur perd la vie. Les riverains sont évacués afin d’être protégés de tous risques d’intoxication et d’explosion. Le viaduc et ses équipements subissent des dégâts importants.

La cause directe et immédiate de l’accident est l’absence de réaction du conducteur du poids lourd percuteur qui n’a ni ralenti ni dévié de sa trajectoire à l’approche du camion citerne arrêté en pleine voie. Cette absence de réaction est probablement due à un état de somnolence.

Deux autres facteurs ont contribué à la collision :
- l’organisation insuffisante du voyage de l’ensemble routier percuteur dont les pauses nocturnes n’ont pas été planifiées, ce qui a favorisé l’accumulation de fatigue de son conducteur qui a cherché, sans le trouver, un emplacement de stationnement approprié ;
- la disposition, les caractéristiques et la signalisation des zones susceptibles d’être utilisées comme des points d’arrêts le long de la section de l’autoroute A8 contournant Nice, qui ne traduisent pas leurs conditions limitées d’utilisation, à savoir, des arrêts relevant uniquement de l’urgence absolue impérativement suivis d’un appel des secours en cas d’impossibilité de repartir rapidement.

Le déclenchement de l’incendie est dû à l’arrachement, lors du choc, de l’obturateur et de la vanne de sortie de la phase liquide du GPL situés au fond de la citerne. La conception de ce dispositif ne permettait donc pas d’atteindre les objectifs fixés en la matière par l’Accord européen relatif au transport international des marchandises Dangereuses par Route (ADR).

L’analyse de cet accident conduit le BEA-TT à formuler deux recommandations :
- la première porte sur l’aménagement de refuges le long de la section de l’autoroute A8 contournant l’agglomération de Nice ;
- la seconde vise à assurer l’effectivité des dispositions de l’accord « ADR » imposant que les obturateurs internes de sécurité devant équiper les orifices de sortie des citernes résistent à l’arrachement en cas de sollicitation extérieure.

En outre, le BEA-TT attire l’attention des fédérations professionnelles de transport sur l’intérêt, pour la sécurité et l’entreprise, de planifier les voyages longs effectués sur des trajets qui ne sont pas usuels et d’utiliser, à cette fin, les nouveaux outils GPS permettant d’assurer le suivi de l’activité des véhicules.


Télécharger :