Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 9 juillet 2019

L’évènement concerne la télécabine de Costebelle située dans la station de ski de Pra Loup, à Uvernet-Fours dans les Alpes de Haute-Provence.
Le dimanche 25 mars 2018, à 13 h 33, la cabine n° 7 de la télécabine de Costebelle a chuté d’une douzaine de mètres peu après son départ de la gare basse. Elle a lentement dévalé la pente avant de s’arrêter dans les filets en contrebas. La cabine était vide et il n’y a pas eu de victime. L’installation s’est immobilisée après enclenchement du bouton poussoir d’arrêt d’urgence par le conducteur, prévenu de la chute de la cabine par radio.
Une évacuation verticale des usagers a été mise en place à 15 h 35 : 62 personnes sur la montée et 10 sur la descente furent dénombrées. Elles ont été secourues jusqu’à 16 h 55.
Enfin, l’exploitant a arrêté l’exploitation de sa télécabine et un arrêté préfectoral de suspension de l’exploitation de l’appareil a été pris le 12 avril 2018.

Le fait initiateur de la chute de la cabine est le non-accouplement de l’attache de la cabine au câble.
Cet accouplement n’a pas pu se réaliser lors du passage de l’attache sur la rampe d’embrayage en gare, en raison d’un décalage latéral du câble dans la zone d’embrayage qui a été causé par le déplacement du pylône de sortie de gare. Le système d’embrayage s’est avéré très sensible à ce décalage.
La sécurité de non-accouplement des attaches, disposée en sortie de zone d’embrayage, a bien arrêté l’installation, mais l’action des opérateurs a conduit à un mauvais diagnostic de la situation et à la remise en route de la télécabine sans identification de la cause ni correction de celle-ci.

Les facteurs organisationnels et humains en cause ont été notamment :

  • l’habitude d’avoir des déclenchements de nombreuses alarmes sans objet ;
  • un manque de conscience des risques lié à l’absence de rappel des points essentiels de sécurité au travers de formations de recyclage des connaissances et aptitudes ;
  • un manque d’outils adaptés pour identifier les causes d’un arrêt et de consignes d’aide au diagnostic ;
  • trop de confiance accordée par le conducteur au diagnostic de la vigie et une absence de réflexe pour avertir un technicien sur ce type d’alarme.

Le BEA-TT émet trois recommandations et trois invitations dans les domaines suivants :

  • la stabilité des pylônes avec massifs « pleine fouille » implantés devant les gares (aval ou amont) de téléportés ;
  • la problématique de fin de vie des technologies anciennes, notamment des pinces d’accouplement de type « S » équipant la télécabine de Costebelle ;
  • le renforcement du management de la sécurité par l’exploitant ;
  • le libellé des messages d’alarme de l’automate de sécurité et la durée de conservation de leur enregistrement ;
  • la formalisation des actions à mener suite à déclenchement des sécurités ;
  • et l’entraînement à l’évacuation des passagers.

Télécharger :