Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 décembre 2017

Le bateau à passagers « VIKING HERMOD » assure des croisières sur le Rhône entre Mâcon et Avignon. Parti de Lyon, il descend ce fleuve le 6 juin 2015 lorsqu’il est pris dans un violent orage accompagné d’une pluie intense réduisant fortement la visibilité.
Ayant déjà franchi l’écluse de Beauchastel, le bateau ne peut plus faire escale et doit poursuivre sa route.
Il se présente devant le pont de La Voulte-sur-Rhône, situé au PK 128,6, pour franchir la passe des bateaux avalants. C’est dans ces conditions qu’il se trouve poussé sur la pile de pont, qui se trouve à gauche de sa route, par le vent fort accompagnant l’orage, sans pouvoir contrôler sa position, ni à vue, ni au radar. Lorsque le capitaine peut enfin distinguer le pont qui est proche, le bateau ne peut plus éviter la collision et, vers 22h30, celui-ci heurte la pile du pont avec ses superstructures situées à bâbord.

Les investigations effectuées permettent d’établir que la cause directe de l’accident est dû à la mauvaise approche du pont SNCF de La Voulte-sur-Rhône par le bateau à passagers VIKING HERMOD qui s’est présenté trop à gauche de la passe des bateaux avalants. Cette situation est directement liée à l’orage qui sévissait au moment de la manœuvre considérée. Les fortes pluies ont réduit à néant la visibilité et ont saturé l’image radar d’échos. L’approche s’est ainsi faite sans possibilité de détection des balises marquant les piles de pont. Dans le même temps, le vent fort a poussé le bateau contre la pile du pont située à gauche du passage des bateaux avalants.
Découvrant la pile de pont au dernier moment sur l’avant du bateau, le capitaine n’a pas pu totalement l’éviter, d’autant plus que la capacité de manœuvre du bateau était réduite par l’avarie de deux des quatre propulseurs arrière.
Trois facteurs ont contribué à cet accident :

  • l’absence de détection radar des balises positionnées en amont des piles de pont ;
  • la capacité de manœuvre du VIKING HERMOD qui était restreinte par l’avarie de deux des quatre propulseurs azimutaux arrière assurant la propulsion et la manœuvrabilité du bateau ;
  • la charge de travail du capitaine qui a pu voir sa vigilance et ses capacités de décisions amoindries par la fatigue liée au nombre élevé d’heures de travail résultant de l’échouement du bateau à passagers VIKING HERMOD à Mâcon et des réparations qui en ont découlé.

À la lumière de ces éléments, le BEA-TT adresse à la compagnie Viking River Cruises une recommandation portant sur la nécessité de signaler aux autorités, conformément aux règles de police, toute avarie susceptible de mettre en cause la manœuvrabilité des bateaux ou la sécurité de la navigation.

Au-delà de cette recommandation formelle, le BEA-TT attire l’attention de la compagnie Viking River Cruises sur la nécessité d’encourager les équipages à respecter les limites maximales des heures de travail prévues par la réglementation, et invite le gestionnaire de la voie d’eau à étudier l’installation de réflecteurs radar.


Télécharger :