Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 mars 2021

Le 11 août 2019 en début d’après-midi, un train à crémaillère du Montenvers composé d’une automotrice et d’une remorque déraille sur l’aiguillage aval des Planards, dans le sens de la descente vers Chamonix.
Les quatre essieux de l’automotrice sortent des rails ainsi que trois des quatre essieux de la remorque. L’ensemble du train a glissé sur une trentaine de mètres et a fini sa course, incliné, dans le ballast. Les dégâts matériels au train et à la voie sont relativement faibles : des fissures sur le châssis, un marche-pied abîmé, des impacts sur les rails, sur la crémaillère et sur un parapet en pierres. Il y avait 145 passagers à bord, aucun blessé n’est à déplorer mais plusieurs voyageurs sont choqués.
Le déraillement a conduit les passagers du train à évacuer dans la panique, ils n’ont pas reçu d’information et l’interruption du service a conduit à transborder les 2 243 personnes depuis le site du Montenvers vers Chamonix, dans des conditions incommodes.

La cause directe de ce déraillement est le franchissement de l’aiguillage aval des Planards par le train alors que l’itinéraire n’était pas formé.
L’enquête a révélé que divers facteurs organisationnels et humains ont contribué à cette situation :

  • le manque d’attention du conducteur à sa conduite, résultant en particulier de l’usage de son smartphone au cours de son parcours, malgré une interdiction par le règlement intérieur de l’exploitant ;
  • la tolérance tacite de cet usage du téléphone portable et le faible contrôle du respect des règles d’interdiction de cet usage.

D’autres déraillements similaires s’étaient déjà produits par le passé. Ils avaient conduit l’exploitant à envisager un dispositif de rattrapage des inattentions de conduite qui n’était pas installé à la date de l’accident et qui l’est désormais.
Par ailleurs, l’évacuation des passagers après l’accident s’est effectuée dans des conditions révélant des défauts dans l’anticipation et la préparation de la gestion de tels événements par l’exploitant.

Le BEA-TT émet 3 recommandations et 2 invitations sur les thématiques suivantes :

  • la sensibilisation des agents aux risques de la distraction en conduite ;
  • le contrôle du respect de la consigne de non-usage du smartphone ;
  • la gestion de crise post-accident par l’exploitant.

Télécharger :