BEA-TT

Résumé du rapport final

publié le 8 décembre 2020

Le dimanche 10 mars 2019 vers 6 h 30, un incendie se déclare à bord d’un autocar circulant sur l’autoroute A6 en direction de Paris, au niveau de la commune du Coudray‑Montceaux (91). Le chauffeur gare son véhicule sur un espace revêtu d’enrobé bordant la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute. Les 50 passagers ainsi que les deux conducteurs parviennent à évacuer l’autocar.
L’un des passagers s’est blessé à la main en tentant de briser une fenêtre de l’autocar avant l’arrêt. L’incendie n’a pas eu d’autres conséquences corporelles excepté, pour certains passagers, l’inhalation de gaz toxiques sans conséquences durables à notre connaissance.
Sur le plan matériel, l’ensemble de l’autocar a brûlé, dont les bagages qu’il transportait en soute. La remorque qu’il tractait n’a été que légèrement endommagée par les flammes.

La cause directe de l’incendie est une surchauffe de la borne de fixation du câble électrique alimentant le panneau de commande de l’unité de climatisation située en toiture de l’autocar. Cette forte élévation de température serait due à une résistance anormale ou une section de contact insuffisante de la borne de fixation causée par un desserrage ou un serrage insuffisant de son écrou.
L’activation des flammes par le système de ventilation, ainsi que le défaut de fonctionnement des deux extincteurs équipant l’autocar, ont pu favoriser la propagation de l’incendie.

L’analyse des circonstances de l’événement conduit le BEA-TT à formuler une recommandation et deux invitations portant sur :

  • les modalités de vérification des extincteurs lors du contrôle technique périodique des véhicules lourds ;
  • la signalisation des dispositifs d’évacuation des fumées équipant les autocars ;
  • la facilité à briser les vitres des fenêtres des autocars ayant une fonction d’issue de secours.