Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 14 novembre 2018

Le dimanche 23 août 2015 à 15 h 51, dans le 8e arrondissement de Lyon, une rame de la ligne T2 de tramway, circulant sur le boulevard Jean XXIII en direction du terminus « Saint-Priest – Bel-Air », est percutée à l’avant droit par un véhicule de marque Citroën de type Berlingo venant de la rue Bataille et s’engageant sur la plate-forme.
Sous le choc, la rame déraille de ses trois bogies, franchit la chaussée routière adjacente, percute dans sa course deux véhicules en stationnement, dont l’un en touche un troisième par ricochet. Elle traverse ensuite la clôture d’une copropriété et s’arrête à quelques mètres de l’entrée de l’immeuble en retrait. Elle aura parcouru 55 mètres au total après la collision.
Le bilan de cet accident est de cinq blessés légers. Les conséquences auraient cependant pu être plus dramatiques si une autre rame, des véhicules, des piétons ou un bâtiment s’étaient trouvés sur la trajectoire de la rame déraillée.

La cause directe de l’accident est le non-respect par le chauffeur routier de son feu de signalisation alors au rouge depuis plus de 30 secondes.
L’inattention de ce chauffeur, plongé dans ses pensées, et le manque de prudence du conducteur de la rame à l’approche d’un carrefour dont la visibilité sur la rue traversante est limitée, ont contribué à la collision.
Deux autres facteurs ont, pour leur part, contribué à l’important déraillement qui s’en est suivi :

  • la sensibilité au déraillement élevée de cette gamme de tramway lors de chocs avec des véhicules routiers ;
  • la vitesse importante du tramway et l’absence de freinage de son conducteur avant le choc.

L’analyse de l’accident conduit le BEA-TT à émettre trois recommandations et une invitation sur ces deux thèmes.


Télécharger :