Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 28 août 2015

Le 23 décembre à 16h02, un wagon spécial à quatre bogies chargé de combustible nucléaire usé déraille à faible vitesse au cours d’une manœuvre entre le faisceau de réception et le faisceau de formation du triage du Bourget situé sur le territoire de la commune de Drancy en Seine-Saint-Denis (93).
Le mouvement est aussitôt arrêté et le conducteur de l’engin de manœuvre constate le déraillement des deux bogies arrière de ce wagon. À l’exception des avaries causées à ces organes de roulement, le wagon ne présente pas de dégât apparent.
Informé du déraillement et des matières transportées, l’agent circulation du poste 2 du site du Bourget déclenche le plan d’urgence interne matières dangereuses.
Les pompiers sont avisés à 16h05 et arrivent sur les lieux à 16h58.
À 17h 53, l’équipe spécialisée de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris procède aux mesures radiologiques qui ne révèlent pas d’anomalie.
Constatant l’absence de danger, les mesures de confinement sont levées à 18h10.
Au plan de la sûreté nucléaire, l’autorité de sûreté nucléaire a classé cet événement au niveau zéro de l’échelle INES1.

Ce déraillement est très probablement la conséquence de la montée sur le rail, à la pointe de l’aiguille 32, de la roue n° 9 du wagon concerné qui était la roue guidante de son troisième bogie dans la courbe à droite constituée par cette aiguille. Toutefois, les causes de cette montée de roue ne sont pas établies de façon irréfutable.

S’agissant d’un déraillement sans précédent dû à une conjonction exceptionnelle de facteurs divers et le risque pour les personnes d’un incident similaire étant inexistant, il n’apparaît pas de piste raisonnable pouvant conduire à des recommandations pertinentes visant à en éviter le renouvellement.

Par ailleurs, le BEA-TT prend acte des recommandations que la mission conduite en 2014 par le Conseil général de l’environnement et du développement durable, à la demande du ministre chargé des transports, sur l’état des infrastructures et les modes d’exploitation des triages traitant des wagons de matières dangereuses, a formulées concernant la gestion, en termes d’alerte et de levée de doute, des incidents qui peuvent y affecter ces wagons.


Télécharger :