Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 26 juin 2014 (modifié le 26 février 2020)

Le samedi 2 février 2013, à 11h30, sur le domaine skiable de Gourette à Eaux-Bonnes dans les Pyrénées-Atlantiques, la cabine n° 53 de la télécabine des Bosses, alors montante, se bloque au niveau du pylône P14 situé immédiatement en amont de la station supérieure. Après avoir oscillé, elle se décroche du câble et tombe d’une hauteur de trois mètres pour s’enfoncer dans la neige fraîche au pied de ce pylône. Le surveillant de la station supérieure assiste de loin à cette chute et arrête immédiatement l’installation.
Les deux passagers présents dans cette cabine sont très légèrement blessés. Ils en brisent le vitrage en plexiglas et s’en extraient d’eux-même. L’évacuation des 79 autres passagers, que la remontée mécanique concernée acheminait au moment de l’accident, s’achève à 14h30.

La cause directe de cet accident est la rupture des deux flasques métalliques de l’un des bogies intermédiaires du balancier équipant le pylône précité dans le sens de la montée. Cette rupture a entraîné la chute de l’un des deux galets de ce bogie, le frottement du câble sur son axe, puis, après que quatre cabines ont franchi, sans encombre, le balancier ainsi endommagé, le blocage et l’arrachement de l’attache débrayable de la cabine n° 53.
La rupture de ces deux flasques est la conséquence de fissurations de fatigue qui s’y sont développées rapidement, en quelques mois, très certainement sous l’effet des efforts latéraux qu’engendraient sur le balancier concerné à la fois le passage des torons du câble et celui des attaches des cabines.

Trois facteurs ont contribué à cette situation :
- l’imprécision des normes et règles applicables au dimensionnement des balanciers installés sur les pylônes des téléphériques qui ne tiennent pas compte de tous les efforts latéraux auxquels leurs constituants peuvent être soumis en exploitation ;
- la difficulté, sans procédure précise, de déceler des fissures dans les bogies de ces balanciers tant lors des inspections annuelles que lors des contrôles effectués en exploitation, qui sont réalisés sans démontage ;
- l’absence sur les bogies intermédiaires des balanciers de la télécabine des Bosses d’un dispositif permettant de détecter immédiatement la perte d’un galet.

Consécutivement à l’accident considéré, le service technique des remontées mécaniques et des transports guidés a demandé à tous les exploitants concernés de remplacer, d’ici 2019, par des bogies présentant une meilleure résistance aux efforts latéraux, tous les bogies de deux galets du même type que ceux équipant la télécabine des Bosses qui sont actuellement montés sur des installations mono-câbles à attaches débrayables. Il a également défini, dans cette attente, une procédure formalisée de surveillance des bogies à remplacer.

À la lumière de ces éléments, le BEA-TT formule trois recommandations visant respectivement à :
- renforcer les normes de conception des balanciers installés sur les pylônes des télécabines et des télésièges afin qu’elles prennent en compte les différents efforts latéraux que ces pièces peuvent subir en exploitation ;
- étendre à tous les types de bogies équipant de tels balanciers la mise en œuvre de procédures précises de surveillance visuelle de leur état permettant de détecter les fissures susceptibles de s’y développer ;
- équiper les télésièges et les télécabines en dispositifs de sécurité permettant d’en arrêter automatiquement le fonctionnement en cas de rupture, totale ou partielle, d’un bogie de leurs balanciers.


Télécharger :