Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 11 janvier 2013

Le samedi 25 juin 2011, à 17h41, une rame du tramway d’Orléans, circulant sur la ligne A en direction du terminus « Jules-Verne », percute un autocar assurant un service du réseau de transport interurbain du département du Loiret, à l’intersection des rues René-Ferragu et Marcelin-Berthelot de la commune de Fleury-les-Aubrais (45).
Sous le choc, la rame déraille de deux de ses trois bogies et empiète sur la voie adjacente et sur le trottoir contigu. L’autocar est poussé sur environ cinq mètres.
La collision a causé des blessures légères à quatre occupants des deux véhicules impliqués. La rame de tramway a, par ailleurs, subi des dégâts importants.

La cause directe de l’accident est le non-respect par le conducteur de cette rame de l’obligation de s’arrêter devant le feu de signalisation R17 qui présentait une barre horizontale, équivalente au feu routier rouge, depuis au moins 10 secondes lorsque la collision s’est produite et qui est demeuré dans cette position pendant les 12 secondes suivantes.
Le franchissement de ce feu qui imposait un arrêt impératif, est probablement la conséquence d’un excès de confiance du conducteur concerné tant dans le dispositif de priorité dont est dotée la ligne de tramway considérée que dans le signal d’aide à la conduite qui lui est associé.

Les raisons pour lesquelles la priorité n’a pas été donnée à la rame incriminée lors de son approche de l’intersection des rues Ferragu et Berthelot n’ont pas pu être déterminées avec certitude, soit qu’un véhicule routier arrêté pendant plus de dix secondes sur la boucle de détection située au pied du feu R17 concerné ait provoqué une modification du déroulement du cycle de feux, soit qu’une détection fictive ou un défaut fugitif de l’une des boucles de détection associées à ce feu R17 ait perturbé la prise en compte de la rame par le contrôleur de carrefour.
Par ailleurs, l’implantation du feu routier de la rue Marcelin-Berthelot trop éloignée du carrefour, et ainsi masquée à la vue des conducteurs de tramway par un bâtiment d’angle, n’a pas permis aux deux conducteurs impliqués de s’entr’apercevoir suffisamment tôt pour réagir et éviter la collision.

L’analyse de cet accident conduit le BEA-TT à formuler deux recommandations préventives portant :
- pour la première, sur l’aménagement et le fonctionnement du carrefour entre les rues René-Ferragu et Marcelin-Berthelot ;
- pour la seconde, sur l’ergonomie des signaux d’aide à la conduite des tramways.


Télécharger :