Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 16 octobre 2012

Le 19 avril 2011, vers 16 heures 15, un ensemble routier constitué d’un tracteur et d’une semi-remorque circulant sur la voie lente de l’autoroute A10 en direction de Paris, percute un véhicule léger et le projette contre l’arrière du poids lourd frigorifique qui le précédait, alors arrêté à la queue d’un bouchon, au niveau du PR 189+450 sur le territoire de la commune de Reugny en Indre-et-Loire (37). Les véhicules s’enflamment immédiatement.
Cet accident a provoqué le décès des quatre occupants du véhicule léger. Les deux poids lourds et la voiture sont entièrement détruits par l’incendie.

La cause directe de l’accident est l’absence de réaction du conducteur de l’ensemble routier percuteur qui n’a pas ralenti à l’approche de la queue du bouchon, pourtant bien visible, et qui a heurté, en pleine vitesse, d’abord la voiture particulière puis le poids lourd frigorifique qui le précédaient.

L’absence de présignalisation de la queue du bouchon qui s’était formé sur l’autoroute suite à une collision survenue en amont une heure auparavant et à la neutralisation de sa voie rapide, a pu contribuer à la non-perception par le conducteur concerné du ralentissement et de la formation du bouchon.
Le déclenchement de l’incendie a été très probablement provoqué par un arc électrique qui se serait produit au contact d’une masse métallique avec un câble du faisceau électrique de l’ensemble routier percuteur endommagé lors de l’accident. Cet arc électrique aurait alors enflammé l’aérosol combustible provenant de la vaporisation dans l’air du liquide de climatisation de cet ensemble routier survenu suite à l’endommagement de son condenseur.
L’intensité et la rapidité de l’embrasement ont ensuite été favorisées par l’air que pulsait vers l’extérieur le groupe frigorifique de la semi-remorque percutée, qui a continué à fonctionner après le choc.

Au vu de ces éléments, le BEA-TT formule deux recommandations portant :
- pour la première, sur la présignalisation des queues des bouchons survenant sur des autoroutes ;
- pour la seconde, sur l’installation sur les remorques frigorifiques d’un dispositif interrompant automatiquement le fonctionnement de leur groupe frigorifique en cas de choc important.

Par ailleurs, le BEA-TT, sans formuler une recommandation formelle, rappelle aux pouvoirs publics l’importance que revêtent les actions de sensibilisation des conducteurs, notamment professionnels, aux dangers que présentent, en situation de conduite, l’utilisation d’appareils de communication multimédias ou la réalisation de tâches annexes.


Télécharger :