Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 décembre 2011

Le jeudi 28 avril 2011, vers 0h11, un ensemble routier constitué d’un tracteur et d’une semi-remorque circulant sur la voie lente de l’autoroute A10 dans le sens nord-sud, se déporte brusquement vers la droite, roule sur l’accotement, puis se renverse sur le flanc droit en tentant de revenir sur la chaussée qu’il traverse en totalité en glissant, heurte la double glissière de sécurité implantée sur le terre-plein central et s’immobilise en obstruant la totalité de la chaussée et de la bande d’arrêt d’urgence, au PR 494,7 sur le territoire de la commune de Marcillac en Gironde (33). Peu après, un fourgon circulant dans le même sens, sur la voie rapide, s’encastre frontalement dans le plancher de la semi-remorque.
L’accident a provoqué la mort de sept personnes : le conducteur de l’ensemble routier et les six occupants du fourgon.

La cause première de l’accident est la perte de contrôle de l’ensemble routier qui, en se renversant, a empêché toute possibilité de circuler sur les voies de l’autoroute.

La cause de cette perte de contrôle n’a pas pu être déterminée avec certitude. Les investigations menées n’ont pas fait ressortir de difficultés particulières liées à l’état des véhicules, à l’infrastructure routière ou à l’état de santé du conducteur. L’hypothèse la plus plausible est celle d’un endormissement de ce conducteur, bien qu’il respectât la législation relative aux conditions de travail et de conduite.
Une fois renversée sur le flanc droit, le châssis tourné vers l’amont de la chaussée, la semi-remorque devenait, en pleine nuit, difficilement discernable par des véhicules circulant sur les voies autoroutières concernées. C’est ce qui explique très probablement que le fourgon l’ait heurtée en pleine vitesse.

Au regard des circonstances de cet accident et de ses causes probables, le BEA‑TT n’émet aucune recommandation spécifique à l’issue de la présente enquête. Il rappelle toutefois la nécessité de respecter l’obligation de port de la ceinture de sécurité, notamment pour les conducteurs de véhicules lourds.


Télécharger :