Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 mars 2010

Le lundi 2 juin 2008 vers 13h55, un autocar transportant des collégiens est heurté par un Train Express Régional sur le territoire de la commune d’Allinges (Haute Savoie). L’accident se produit au passage à niveau n°68 entre la ligne ferroviaire d’Evian à Annemasse et la route départementale n°233, sur les bords du lac Léman.

Le bilan de cet accident est de 7 morts et 33 blessés (dont 3 grièvement), tous passagers de l’autocar.

La cause immédiate de cet accident est l’immobilisation de l’autocar sur le passage à niveau, alors que l’arrière engageait encore la voie ferrée.
La cause de cette immobilisation, qui n’a pu être établie précisément, a pu combiner des problèmes mécaniques (injection, boite de vitesse) et des facteurs humains (panique du chauffeur, mauvaise manoeuvre).

Deux facteurs, liés à la configuration et au mode de fonctionnement du passage à niveau, ont également joué un rôle dans cet accident :
- la géométrie difficile de la traversée routière, rendant le franchissement du passage à niveau long et délicat pour les véhicules lourds obligés de rouler très lentement ;
- la marge de sécurité étroite offerte par le délai d’annonce des trains (d’une part avant l’abaissement des demi-barrières et d’autre part avant l’arrivée du train) pour un véhicule s’engageant au moment du déclenchement des signaux d’annonce.

L’état mécanique de l’autocar et le manque de pratique de ce véhicule par son chauffeur ont également pu jouer un rôle dans cet accident.

A la suite de cette enquête, le BEA-TT a émis trois recommandations visant à :
- préciser les actions à entreprendre lorsque des difficultés de franchissement par certains véhicules routiers sont détectées lors des inspections de sécurité des passages à niveau ;
- adapter les règles fixant les délais d’annonce des trains et de fermeture des barrières afin de prendre en compte le temps réel de franchissement des passages à niveau par les véhicules routiers autorisés ;
- préciser le domaine d’emploi des feux rouges clignotants additionnels qui peuvent être placés à l’arrière des feux de droite des passages à niveau.


Télécharger :