Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 12 juin 2009

Le 4 juin 2007, sur la ligne de tramway n°1 de Nantes à Saint-Herblain, une collision entre un tramway et une voiture particulière a causé la mort de la passagère de la voiture.
L’accident a eu lieu vers 12 h 15.
Un tramway, qui venait de quitter la station « Schoelcher », à Saint-Herblain, vers Nantes, a percuté une voiture, engagée sur le carrefour giratoire Vasco de Gama. L’automobiliste, qui cherchait son chemin, s’est engagé sur le giratoire sans bien percevoir le tramway ni les les feux qui protégeaient le passage de celui-ci.
La rame de tramway a heurté la voiture sur le flanc droit de celle-ci (côté passager), puis l’a poussée sur une quarantaine de mètres, avant de heurter, encore violemment, un poteau, support de ligne aérienne de contact, contre lequel la voiture a été broyée.

La cause directe de l’accident réside dans l’inobservation et le non respect de la signalisation routière par le conducteur de la voiture accidentée.
Le retard dans le déclenchement du freinage d’urgence du tramway a été un facteur aggravant de l’accident et un facteur déterminant de la violence du deuxième choc contre le poteau.
L’aménagement du carrefour giratoire, pour y inscrire la plate-forme de tramway, présente des caractéristiques qui ne garantissent pas une sécurité optimale :
- la présence d’un obstacle fixe (le poteau, support de ligne aérienne de contact) à quelques dizaines de centimètres du « gabarit limite d’obstacle », et situé à proximité immédiate du bord de la chaussée de l’anneau, s’est révélé être un élément aggravant ;
- l’absence de pré-signalisation, à l’entrée du carrefour, a pu amoindrir la perception du contexte urbain et de ses contraintes.

D’autres facteurs, attachés à la conception du matériel roulant (conception ancienne de l’avant du tramway non optimisé en cas de choc, absence d’avertisseur sonore puissant) ou bien à la compréhension de la signalisation (ambiguïté feu rouge clignotant qui n’a manifestement pas été bien interprété), ont également pu jouer un rôle dans l’accident.
Enfin, l’analyse de l’accident aurait été facilitée par la présence à bord du tramway d’un dispositif plus complet de vidéo et d’enregistrement.

A l’occasion de cette enquête, il est apparu que la sécurité des carrefours giratoires traversés par des tramways pose des problèmes spécifiques complexes qui doivent être traités avec soin. En particulier, leur lisibilité constitue un enjeu de sécurité important, notamment pour des usagers routiers de passage ou non habitués des lieux.
Les recommandations appellent donc :
- à mettre en oeuvre, sur le réseau de tramway nantais, un programme de modification d’implantation des poteaux supports de ligne aérienne de contact sur les carrefours les plus préoccupants ;
- à achever le programme de renforcement de la sécurité des carrefours giratoires nantais dans le cadre d’un plan d’aménagement pluriannuel décidé par Nantes Métropole ;
- à faire mieux connaître aux usagers le caractère prescriptif du feu rouge clignotant ;
- à poursuivre l’expérimentation et l’optimisation des signalisations en barrage et en entrée de carrefour pour promouvoir celles qui présentent les meilleurs gages de sécurité et d’optimisation des trafics ;
- à étudier des aménagements, sur le matériel roulant nantais, susceptibles d’améliorer la sécurité, (dispositif d’annonce sonore, notamment) ;
- à améliorer les dispositifs d’enregistrement, en équipant les rames de tramways d’un matériel vidéo orienté vers l’avant, sur l’espace à franchir, et en augmentant le contenu paramétrique des boîtes noires selon la liste prônée par le Service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés.


Télécharger :