Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 22 février 2008 (modifié le 31 mars 2008)

Le 8 août 2006 à 4h45, le bateau fluvial à passagers PROVENCE appartenant à la société SLIBAIL ENERGIE, exploité par la société CONTINENTALE DE CROISIERES, montant vers Lyon, en provenance de Tournon, avec à son bord 39 passagers et 15 membres d’équipage, a heurté le rocher dit de « la Table du Roi » sur le Rhône, dans la commune de Gervans (PK 89,5).
Le PROVENCE était sorti du chenal navigable à l’issue d’une manoeuvre de croisement défectueuse avec un autre bateau à passagers, le PRINCESSE DE PROVENCE ; au cours de cette manoeuvre, effectuée sans que les règles normales de croisement aient été appliquées et pendant laquelle aucune communication entre les pilotes des deux bateaux n’avait pu être établie, une collision entre les deux bateaux, qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques, a été évitée de justesse.

Le choc a provoqué une voie d’eau dans la coque à tribord. Cette voie d’eau a imposé une évacuation des passagers qui s’est déroulée de manière satisfaisante. Il n’y a pas eu de blessés. La navigation n’a pas été interrompue.

La cause principale de l’accident est une connaissance insuffisante du bateau et du fleuve par le capitaine du PROVENCE, qui en assurait seul la conduite en même temps que le commandement. Il avait été recruté quelques jours avant l’accident et n’avait navigué en double avec un des capitaines titulaires du bateau que durant quelques heures, ce qui n’avait pas permis la transmission des informations indispensables concernant le bateau, le fleuve et le trafic.

L’enquête a par ailleurs fait apparaître que des défauts de construction, et un équipement d’assèchement inadapté et mal maîtrisé par l’équipage, étaient susceptibles d’aggraver les conséquences d’un accident causant une voie d’eau. Ces défauts montrent que le contrôle de construction du bateau et sa gestion technique n’étaient pas assurés de manière satisfaisante.

Huit recommandations sont formulées à l’issue de l’enquête technique concernant quatre groupes de facteurs identifiés pour des actions préventives :

- la qualification du personnel et l’organisation du travail, avec trois recommandations,
- la qualité de la construction du bateau et ses moyens d’assèchement, avec deux recommandations,
- la réglementation de la navigation, avec deux recommandations portant sur l’application des règles de croisement et l’utilisation des liaisons radio,
- l’exercice de la police de la navigation, avec une recommandation.


Télécharger :