Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 15 janvier 2007 (modifié le 31 mars 2008)

Le jeudi 9 juin 2005, vers 17:14, le Train Express Régional (TER 848 932) en provenance de Lille et transportant 150 passagers est entré en collision avec un poids lourd semi-remorque, chargé de 944 bouteilles de gaz (butane et propane, soit 12 tonnes environ) et bloqué sur le passage à niveau n°83 situé à Saint-Laurent-Blangy dans le Pas-de-Calais. La collision provoque un incendie puis l’explosion en série des bouteilles de gaz, conduisant à un sinistre de grande ampleur visible à plusieurs kilomètres à la ronde.

Malgré la présence de nombreuses personnes dans la zone, il n’y a pas eu de victimes. En revanche, les dégâts matériels aux installations, bâtiments et véhicules, sont importants.

La cause initiale de cet accident est la rupture d’un organe de liaison de l’alimentation en air comprimé de la remorque qui a provoqué le blocage du poids lourd sur le passage à niveau quelques minutes avant l’arrivée du TER. Le conducteur du TER, non alerté à cet instant, n’a pu, malgré le freinage d’urgence, éviter la collision. La présence des bouteilles de gaz a été un facteur aggravant et la cause de l’ampleur du sinistre.

L’absence de dommages humains, due aux réactions appropriées et rapides des agents SNCF présents et aux circonstances particulièrement favorables du déroulement de cet événement, ne doit pas conduire à sous-estimer le danger d’une telle situation ni sa probabilité d’occurrence.

L’analyse a conduit le BEA-TT à identifier deux types de facteurs causaux pour ses recommandations préventives :
- ceux liés aux infrastructures et à leur exploitation. La situation de ce passage à niveau, avec un trafic ferroviaire de près de 200 trains par jour et un trafic routier moyen de 10 000 véhicules/jour, dont 15% de poids lourds, est préoccupante.
- ceux liés au poids lourd, à la conduite et au transport de matières dangereuses. La rupture de la liaison pneumatique de freinage de la remorque, dans les conditions où elle s’est produite et sans cause extérieure, conduit à rappeler l’attention particulière avec laquelle doit être entretenu un véhicule destiné au transport des matières dangereuses. Enfin une réaction d’alerte plus précoce du chauffeur aurait peut-être pu éviter la collision.

Sur ces différents points le BEA-TT formule trois recommandations portant sur la suppression du passage à niveau, l’étude des mesures provisoires propres à réduire les risques dans l’attente de cette suppression et la prise en compte du traitement des situations critiques dans les formations des conducteurs affectés au transport des matières dangereuses.

L’attention est par ailleurs attirée sur l’importance du contrôle des raccordements de freinage dans l’entretien des véhicules et des remorques.


Télécharger :